SAC Memoria de actuaciones
  català | castellano | english home   sitemap   aviso legal   créditos   contacto  
home home

Marie-Domique Mouton, Universite de Paris X

Pour un observatoire de l'archivage des materiaux de terrain des ethnologues

On constate depuis quelques années l’engouement grandissant des ethnologues pour leurs archives et en particulier pour les matériaux recueillis ou constitués sur le terrain. Jusque là considérés comme des éléments essentiels à l’histoire de la discipline, ces documents s’envisagent maintenant comme des ensembles constitués, composés de données primaires, disponibles pour de nouvelles études. Or, élaborer le projet de ré analyser, pour sa propre recherche, les matériaux de terrain rassemblés par un autre ethnologue, est une démarche certainement plus novatrice mais qui suscite également plus d’interrogations. Elargissant la réflexion, on peut se demander quelles conséquences pourrait avoir la systématisation de ces opérations d’archivage, pour les ethnologues, pour ceux qu’ils ont observés, pour la pratique de la discipline elle-même.
 
A ce stade, seule la mise en oeuvre d’expériences concrètes pouvait nous aider à progresser dans la réflexion autour de ces questions. C’est ainsi qu’à été conçu le projet d’un Observatoire de l’archivage des matériaux de terrain des ethnologues.
 
Dans ce cadre, seront menées parallèlement huit expériences, organisées autour de deux axes : le premier Archiver les matériaux de terrain : pourquoi et comment?  portera sur la collecte des données, la constitution de corpus, les problèmes méthodologiques, juridiques et éthiques rencontrés lors du traitement et de la valorisation des archives ; le deuxième Re-visiter des terrains archivés permettra de tester comment et avec quel résultat une équipe nouvelle parviendra à appuyer un travail de terrain sur un fonds d’archives anciennement constitué (à Grazalema en Andalousie, sur les traces de Julian Pitt-Rivers; dans les Baronnies de Bigorre à partir des notes de terrain de Georges Augustins; à Madagascar pour une revisite des archives de la Norvegian Missionary Society).
 
Un site Web [réalisé à la MMSH (Aix-en-Provence), sous la direction de Jean-Christophe Peyssard] dédié à cet observatoire assurera la visibilité du projet. Sur ce site seront publiés les résultats de chaque expérience. Plusieurs ateliers virtuels seront organisés, ils permettront d’approfondir la réflexion sur des questions connexes : quels critères appliquer dans la sélection des fonds, le choix des documents à éliminer, à conserver, à numériser? Quelles méthodologies mettre en oeuvre pour indexer les documents et contextualiser les fonds? Comment développer l’accès aux données en faisant respecter les droits des observés, en garantissant, aux déposants, le respect de leurs droits d’auteur?
 
Sur tous ces points, on s’attachera à recueillir les réactions et les réflexions de chercheurs de diverses disciplines, de professionnels de la documentations et des archives, issus tant des pays occidentaux que des régions du monde concernées par la collectes des matériaux de terrains.
 
A cette occasion enfin, on tentera de mettre en place une base de données européenne [réalisée à la MISHA (Strasbourg) par Catherine Douvier] des fonds d’archives des ethnologues.
 
 
Anthropologists seem to be more and more interested in their own archives or, I would rather say, in their predecessor's archives. Between all the documents collected and kept, anthropological records or field materials are perceived as particularly precious because they can be used not only for writing anthropological history but also for doing new anthropological researches. That is why anthropological archives repositories may become tomorrow new places for doing fieldwork. From now we can ask ourselves to know what will be the consequences on former observers and observed and on anthropology itself
 
The project: "Archiving field notes: Towards an observatory of practices" has been worked on the debates leaded during workshops and informal meetings about all that topics.
 
The purpose is to re-use former field notes during new research program. We hope to involve in that project all the archivists and the anthropologists concerned with these problems by the way of an interactive website. On this web side we will organize online meetings and give access to a databases of anthropological records kept in different European institutions.




bottom